Etre parents

Quand on devient parents, il y a beaucoup de choses qui changent dans notre quotidien, dans notre façon de vivre, d’accepter certains événements mais aussi dans notre entourage. Pour ceux qui le sont déjà, il n’y malheureusement aucune surprise dans cet article et j’en suis désolée. Je pense que vous sourirez à certaines de mes remarques car il va sans dire que vous êtes habitués à porter cette “étiquette” …

Avant d’être parents, quand on est à deux, on vit comme dans une bulle, parfois hermétique. On vit avant tout pour soi. On profite dès que l’on peut, on ne se pose pas de questions, on improvise (souvent) des soirées, des sorties. Il faut dire qu’on a que nous à penser ! Nous deux … un couple et c’est tout. On est toujours disponible pour nos amis, on ne se prend pas la tête à savoir si la poussette rentrera dans le coffre de la voiture ou si le petit dernier va nous renvoyer une partie du biberon sur le canapé bref, on a (vraisemblablement) une vie idéale. Les journées shopping en amoureux, les restaurants très réguliers …. oui, les copines nous envient et nous, on est plutôt fière d’afficher notre bulle bonheur ! On est habitué à regarder d’un oeil curieux les parents, ces personnes qui ont “oser” avoir des enfants, qui ont “sacrifié” leur couple au profit d’une chère petite tête blonde qui leur “mange” la quasi totalité de leur temps. Finie la liberté, les joies d’être uniquement à deux, fini d’être un peu égoïste (on va bien se l’avouer !) et de “papillonner”.   Bon allez, je caricature mais franchement, c’est ce que je pensais étant un peu plus jeune. Je n’avais pas du tout un regard bienveillant envers les parents. Je disais haut et fort que “jamais”, au grand jamais je n’aurai d’enfants. On fait le bilan presque 5 ans après … je suis peu crédible !

Maintenant, je fais partie de l’autre “clan”, j’ai grandi, j’ai mûri, j’ai arrêté de penser que ces personnes qu’on appelle “parents” étaient si étranges à mes yeux. On va se l’avouer, quand on devient maman à 25 ans, on prend une claque (plus ou moins violente) . Et ce qui est encore plus dingue, c’est comme on grandit d’un seul coup ! On en vient à se dire que la “vraie” vie a réellement commencé. Bah oui parce qu’avant, c’était plutôt facile : se lever après une grosse nuit de sommeil (le plus souvent), déjeuner tranquillement seule ou à deux, traîner, passer 1h dans la salle de bain à se faire je ne sais combien de masques de beauté, sortir, faire du shopping, ne regarder que très rarement sa montre, aller où bon nous semble, voyager léger, sans contraintes, faire des courses en moins d’une heure …. et bizarrement quand on devient parents, tout change. Tu apprends rapidement qu’une journée devrait faire plus de 24h, que passer une heure dans la salle de bain avec un bébé qui pleure et l’autre qui commence à dessiner sur le mur ça ne va pas franchement le faire, que faire les courses avec tes deux fils c’est très sportif et que ça coûte plus que prévu, que prévoir un restaurant en amoureux nécessite une organisation militaire, qu’une séance shopping doit se faire sur le temps du midi en express … il y a encore bien d’autres exemples mais je préfère arrêter là histoire de mettre un peu de suspense pour ceux qui deviendront parents plus tard !

Face à tous ces changements, à cette nouvelle vie, on s’adapte, on prend le rythme et on devient une véritable “pro” (malgré quelques petits ratés parfois). Finie l’improvisation, maintenant on anticipe absolument tout ! Comme tout le monde, j’ai fait des erreurs comme oublier le fameux “nin-nin”, la dosette de lait, le biberon, le change, les lingettes au restaurant bref ! Après, sortir avec ses enfants est un “jeu d’enfant” (le plus souvent!). On acquiert des réflexes qui font que l’on explose malheureusement notre charge mentale. Expression bien à la mode actuellement, je pense que vous connaissez … On veut tout faire en tant que maman et surtout bien faire ! On a beaucoup de difficultés à déléguer (même s’il le faudrait vraiment). On devient moins disponible, on court souvent après “la montre”, on oublie de prendre du temps pour soi. Pourquoi ? Parce qu’on veut toujours donner le maximum pour nos enfants. Tous les parents savent de quoi je veux parler. On ne recule devant rien, car oui quand on devient parents, on acquiert une force parfois surhumaine ! Parfois, je me dis que dans le passé, je n’aurais jamais pu envisager de pouvoir faire tout ce que je fais actuellement.

Le plus difficile en fait quand on est parents, c’est d’accepter aussi d’avoir moins de temps pour soi, pour son couple. C’est plutôt logique mais il faut malgré tout bien peser les choses et se “préserver”. Quand on a des enfants, on connaît très peu la vie bien cadrée, très routinière. On fait face aux imprévus bien plus souvent qu’avant. Avec la naissance de Charles, j’ai réellement compris qu’il fallait parfois faire un “break”, déléguer et prendre du temps avec Monsieur. Alors oui, c’est difficile, ça prend du temps mais on finit par accepter. Parents heureux, enfants heureux ; c’est ça le secret ! On ne peut pas toujours s’accorder du temps, on ne peut pas toujours réaliser toutes nos envies (un cinéma improvisé, comment vous dire …?!) mais finalement on le vit bien. Et tant pis pour ceux qui nous regardent de travers. Une amie m’avait dit : “Tu verras quand tu deviendras maman, certains amis vont s’éloigner doucement de toi car vous n’êtes plus sur la même longueur d’ondes, vos vies sont trop différentes”. Elle avait vraiment raison. Oui, j’ai vu des amis s’éloigner de nous ; certains doucement, discrètement et puis d’autres brutalement, sans raison. Peut-être parce qu’on a refusé d’aller à une soirée trop “arrosée”, peut-être parce qu’on a véritablement changé, peut-être parce qu’on a “vieilli”, peut-être parce que nos enfants dérangent tout simplement. Au début, on se formalise, on a du mal à accepter et puis le temps efface peu à peu ces déceptions. On se rapproche inévitablement de nos amis devenus, eux aussi, parents et qui comprennent qu’une simple soirée peut virer rapidement à un gros déménagement, qu’un oubli de “non-nin” ou de biberon est malheureusement dramatique, qu’il faut partir plus tôt car les enfants sont fatigués … Je tiens à remercier aujourd’hui tous mes ami(e)s qui n’ont retenu que l’essentiel, qui ont accepté que j’ai changé, que je sois devenue maman et que j’ai d’autres obligations, d’autres attentes à l’heure actuelle.

Merci à ces ami(e)s qui continuent de nous suivre, de nous accompagner, de nous conseiller, de ne pas nous juger (car c’est tellement facile de juger des parents, il faut l’avouer !), de faire partie tout simplement de notre quotidien si rythmé avec nos deux petits princes.

 

 

← Article précédent

Histoire de fratrie

Écrit par Alizée

Le journal de bord et les confessions d'une jeune maman qui aime écrire et partager son quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *