Anecdotes de parents

Attention ! Cet article ne peut (et ne doit être lu) que par des parents ! A vos risques et périls !

On a tous des petites anecdotes, des moments avec nos enfants qu’on ne peut oublier car malheureusement ils sont marqués par la gêne, la honte, l’envie de se cacher six pieds sous terre, la surprise et mais aussi la peur.

Comme beaucoup d’entre vous me l’ont demandé, voici un petit “recueil” d’anecdotes croustillantes tirées de mon quotidien de maman à lire et à relire sans aucune gêne

Histoire de couche qui déborde : Gabriel avait environ 6 mois et nous passions une belle journée à la plage, à Deauville. Nous étions assis dans le sable et je me demande tout à coup pourquoi le sable reste autant collé à sa petite salopette blanche toute mimi … je ne tarde pas à comprendre que la couche a littéralement débordé et qu’il y en a partout !!! Obligée de le changer sur la plage ; tous les habits sont “baptisés” ! Panique à bord : le dernier body a disparu du sac à langer et je me retrouve donc sans rien ! Plan B : on est parti acheter un body très mignon et très “cher” (oui sinon ce n’est pas drôle surtout à Deauville !) dans la première boutique venue. Bon on était heureux de voir Gabriel “sorti d’affaire” et surtout propre ! La prochaine fois, on mettrait plus d’un body dans le sac à langer !

Ça porte chance ! : dans la même série un peu “dégoutante”, j’ai encore une petite histoire à vous raconter ! Et promis, c’est la dernière ! Gabriel avait à peine un mois et j’avais décidé de le changer sur le canapé (l’erreur de débutante encore une fois !). Je commence à m’installer, à lui enlever la couche et là, un caca qui déborde. Je fouille dans le sac à langer à disposition, prends de quoi essuyer (mon dieu qu’est ce que ça pique le nez !) et là, panique : pas de couche ! J’appelle Monsieur qui était à l’étage, lui demande de me descendre la précieuse couche et expliquant rapidement la galère. Pendant ce temps, ce bref instant plutôt, Gabriel avait décidé de finir son caca dans … ma main … !!! Alors oui, c’est répugnant, c’est dégoûtant … c’est là qu’on accueille avec un sourire à la fois gêné et reconnaissant le papa ! Bref, j’ai joué au loto le lendemain et comme vous pouvez le constater, je n’ai pas gagné !

Le vomi espagnol : en vacances en Espagne à Lloret del mar en octobre 2016 … cadre magnifique sur une belle plage, on décide de prendre un cocktail dans un bar situé à même le sable fin. On savoure notre cocktail (aux fruits frais) ainsi que le moment (au soleil) en famille. Monsieur va chercher le sac à langer resté dans la voiture garée non loin de là ; je me retrouve seule à donner le goûter à Gabriel quand tout à coup … un jaser de vomi (beurk !) J’avais donné une compote à Gabriel après le repas du midi et malheureusement je n’avais pas vu les 2% de banane dedans … à l’époque, il détestait ça et il ne la digérait pas … bref je vous laisse imaginer ! Je ne savais pas quoi sur le moment ; tout avait pris ! Mon jean, mon tee-shirt, Gabriel … J’attendais impatiemment que monsieur revienne avec les lingettes car aucune serviette à proximité et j’avais vidé mon stock de mouchoir sur la table qui était couverte, elle aussi, de vomi et c’était dégoûtant … les gens autour de moi me regardaient (il y avait des français et c’est là que ça prend du sens !) d’autres esquissaient un sourire mais personne n’est venu m’aider… mise à part une allemande qui m’a donné des mouchoirs voyant la situation dans laquelle je me trouvais. Je l’ai remerciée mille fois ; j’ai maudi tous les gens qui me regardaient du coin de l’oeil et qui semblaient s’amuser de la situation et ceux qui restaient indifférents. La société est vraiment très étrange ; c’est chacun pour soi et peu importe la situation ! En tant que mère, je bouillonnais car je n’aurais jamais laissé une dame avec son petit garçon ainsi ! Monsieur est enfin arrivé avec le sac, les lingettes et malheureusement le moment a dû être écourté. Nous sommes repartis à l’hôtel nous changer et surtout nous laver !

Histoires de biberon : dans la vie de parents, on rencontre tous ce moment où l’heure du biberon ne peut se faire ; incident technique, oubli … on connaît ! Première petite anecdote : Gabriel avait à peine une semaine et nous sommes partis dans l’un de nos restaurants préférés avec Monsieur. Ce genre de restaurant assez classe où ramener un enfant est peu judicieux mais on s’est dit qu’on allait tenter car notre petit chat était toujours très tranquille et dormait la plupart du temps. On s’installe, on prend un bon menu et on profite du moment : j’ai apprécié bien manger après mon séjour à la maternité ! Le plat fini, Gabriel commence à se manifester dans son cosy ; c’est l’heure du biberon ! Monsieur prend le sac à langer, pose les dosettes de lait sur la table et cherche désespérément le biberon … qu’il ne trouve pas ! Malheur …. erreur de mère débutante, j’avais complètement oublié ce dernier ! La soirée était finie … on a expliqué à la patronne notre “erreur” et notre besoin de repartir … sans manger le dessert ! Je peux aussi vous raconter une autre soirée dans un restaurant assez chic qui a vite pris fin ; Gabriel était un peu plus âgé. On commande l’apéritif et l’heure du biberon sonne ; on demande à faire chauffer l’eau du biberon. On nous rapporte ce dernier. Je ne sais pas alors ce qui s’est passé mais maladroite comme je suis, j’ai renversé le biberon sur la table (je précise que j’avais mis les précieuses dosettes de lait dedans) ! Tous les regards se sont tournés vers nous. J’étais honteuse… je m’excuse auprès du serveur mais la sentence tombe : Monsieur m’annonce qu’il n’y a pas d’autre dosette dans le sac à langer ! Catastrophe … Il se propose de faire un aller-retour rapide à la maison pour aller chercher du lait, j’accepte et me voilà à l’attendre avec Gabriel sur les genoux devant une table littéralement souillée par le mélange eau/lait en poudre absolument infâme ! 30 minutes plus tard …. il revient mais le serveur nous fait comprendre qu’on pourra “revenir plus tard” … ok, on sort ! Pourquoi ne pas l’avoir dit plus tôt ? On aurait gagné du temps et ça m’aurait évité d’avoir l’air bête pendant 30 minutes ! Autant vous dire que nous étions plutôt en colère mais aussi déçus car nous aimions beaucoup ce restaurant et nous n’y sommes plus retournés …

Problème d’ascenseur : il y a peu de temps, je faisais une promenade avec mes deux fils. Habitant au centre ville de Rouen, je prends rarement la voiture et je fais tout en métro et bus. Charles étant en poussette, j’ai donc décidé de prendre l’ascenseur pour rejoindre les quais du métro. Problème : ascenseur en panne ! J’emprunte donc le grand escalator. Normalement c’est interdit avec une poussette mais là, pas le choix ! Je m’avance, fait une “manoeuvre” pour essayer de descendre tant bien que mal avec la poussette et Gabriel à côté de moi mais au dernier moment, celui-ci lâche ma main et reste sur la plateforme avant de descendre … je me retourne paniquée, il se met à hurler, à pleurer et là j’ai vraiment peur. Je cherche désespérément une solution ; il faut que je descende, que je prenne l’ascenseur qui fonctionne pour remonter et aller le chercher. Et puis je me dis ” si on me le prenait ?” … non je ne pouvais pas le lâcher des yeux et pourtant je continuais ma descente. Les larmes montent ; j’appelle un monsieur à l’aide devant moi pour qu’il retourne le chercher en prenant l’escalator à contre-sens. Je me retourne une nouvelle fois et vois une dame prendre Gabriel, le réconfortait dans ses bras et descendre l’escalator pour me rejoindre. Je l’ai remerciée mille fois pour ce geste. Gabriel était encore sous le choc et moi aussi … une belle frayeur !

Bon, je m’arrête là pour les petites anecdotes. Je vais en garder quelques une pour le plaisir de me lire 😀 N’hésitez pas à me partager les vôtres sur Insta’ ou Facebook ; j’en serai ravie ! Je me sentirai aussi moins seule !

← Article précédent

Les 3 ans magiques de Gabriel

Article suivant →

En Bretagne à quatre

Écrit par Alizée

Le journal de bord et les confessions d'une jeune maman qui aime écrire et partager son quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *